La fonderie et Piwi

MENU
Par : piwi
210
4
mardi 13 Sep, 2022
Catégorie : Photos de pièces

Moteur hydrogène : Werner accélère avec Cummins

Le transporteur américain Werner Enterprises vient de signer une lettre d’intention pour l’achat de 500 moteurs à combustion hydrogène de Cummins.

Werner Enterprises et Cummins accélèrent leur collaboration dans le domaine du moteur hydrogène. Après un premier partenariat signé en mai dernier, Werner a signé une lettre d’intention pour l’achat de 500 exemplaires du moteur X15H de Cummins.

Zone de commentaire !

4 commentaires pour : "Moteur hydrogène : Werner accélère avec Cummins"

  1. Dans ce qui m’interpelle il y a effectivement une énergie 0 émission et

    là et seulement là

    nous pouvons parler de moteur propre ce qui n’est pas le cas en électrique.

    D’autre part, d’après la photographie d’accompagnement, nous retrouverions des pièces de fonderie bien connues ?

  2. Enfin quelque chose de prometteur et plus durable que l’électrique…

    (Question dont je n’avais pas eu de réponse il y a 1 an environ)

    Moins de matières critiques que pour une batterie à combustible.
    Avec un retour de pièces de fonderie, mais les fonderies seront elles encore présentes?

    Il faudra certainement des chemisages différents afin de protéger de la fissuration les zones moteur et admission soumises à l’hydrogène, mais tout le reste autour redeviendra du standard..

  3. Si l’architecture moteur resssemble aux moteurs thermqiues d’aujourd’hui sauf pour les accessoires spécifiques, c’est plutôt une bonne nouvelle, nous retrouverions carter cylindres, culasses, vilebrequin, bielle, piston . De plus nous irions bien vers un moteur à 0 émission.
    Ce qui est plutôt une mauvaise nouvelle c’est que les fonderies françaises capables de les produire sont d’ores et déjà fermées.

  4. Ne nous emballons pas : le marché potentiel pour le moteur à combustion interne à hydrogène reste extrêmement limité (moteurs stationnaires, quelques très gros poids lourds, navires). En effet les émissions de NOx de ces moteurs sont très négativement impactés dans les régimes transitoires. Ils conviennent donc juste pour des moteurs à charge constante.

    De plus, le ratio stœchiométrique d’un MCI à hydrogène est de 34:1. Ce qui revient à dire 70% du volume de la chambre à combustion est occupé par l’air et 30% par l’hydrogène carburant.

    Or avec ce ratio le moteur perd 15% de puissance par rapport à un moteur essence. De plus, les rejets de NOx sont maximisés en mélange stœchiométrique. La large plage de combustion de l’hydrogène permet cependant un fonctionnement non stœchiométrique. Afin de réduire les rejets de NOx à une valeur minimale, il faut un mélange avec environ le double d’air que pour une combustion complète. Du coup, on perd 50% de la puissance à cylindrée égale…

    Donc zéro émission oui, mais avec un moteur 2x moins puissant. Ou alors il faut doubler la cylindrée. Ce qui entraîne une substantielle hausse du poids du moteur et les surcoûts associés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Dernières publications


Toutes nos catégories

Articles par années

Les partenaire de Piwi