La fonderie et Piwi

MENU
Par : piwi
250
0
mercredi 09 Avr, 2014
Catégorie : Economie

Mafoder : quand l’industrie s’ouvre à l’art

La marque est souvent lisible sur les tampons de voirie pour réseaux d’assainissement, d’eau potable et de télécommunications et les raccords en fonte ductile pour réseaux d’eau potable.

Mafoder Groupe est une société holding organisée autour de trois pôles d activités :

Mafoder Fonderie,qui emploie 180 personnes est fournisseur de pièces d’usure en fonte et aciers pour les installations stratégiques des fabricants de phosphate au Maroc, au Sénégal, en Tunisie, en Jordanie, en Iraq.

Mafoder Prefa emploie une cinquantaine de salariés centrée sur la fabrication de regards et de bordures, sur le mobilier urbain en béton ainsi que sur certains produits de revêtement de sol en béton préfabriqué

Mafoder Urban fabrique et commercialise du mobilier urbain et travaille en étroite collaboration avec des architectes et designers pour développer et co-créer des produits spécifiques. Depuis plusieurs années, l’entreprise a développé une activité à l’export avec une présence dans plus de 15 pays en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, de l’Est et de l’Ouest. «Nous avons mené des projets aussi importants que le chantier Cœur Défense à Paris avec la livraison de milliers de grilles en fonte ductile pour le compte de Bouygues. Nous avons également été partie prenante dans les chantiers de l’usine Renault Tanger et du port Tanger Med», confie Ibrahim Slaoui, PDG.

L’aventure africaine de Mafoder ne date pas d’hier. La fabrique a collaboré pour les travaux des mines de Ashanti Goldfield au Ghana, les cimenteries de Lafarge au Cameroun, au Kenya, en Ouganda ainsi que la cimenterie Dangote au Nigeria.

L’entreprise dispose également d’une longue expérience dans de grands chantiers au Maroc. «Nous équipons la centrale thermique de la Jlec en pièces d’usure. Dernièrement, nous avons fourni le projet du tramway en pièces en béton, en tampons de voirie et en mobilier urbain. Mafoder a créé une gamme de bancs en béton avec des architectes et des designers marocains», explique Slaoui.

L’entreprise continue d’investir pour être à la pointe de la technologie. Elle a développé une activité :

Mafoder…quand l’industrie s’ouvre à l’art.L’entreprise a invité des jeunes artistes à peindre des fresques géantes sur les murs de ses ateliers.

Elle a développé le prototypage rapide en s’équipant de logiciels de conception et de fabrication à commande numérique, afin de passer de la conception à la fabrication dans les meilleurs délais».

L’entreprise collabore avec des centres de recherche en Angleterre et en France pour la maîtrise continue de son métier et pour rester en veille sur les nouvelles technologies.

Mafoder a également fait son entrée dans la filière numérique avec le reverse engineering qui permet de reconstituer la documentation technique de toute pièce d’usure. Il y a peu d’équipementiers au Maroc, cela réduit l’accès aux plans de définition des pièces de constructeurs. D’où l’intérêt d’une telle technologie. Pour sa part, Mafoder Préfa a été la première à fabriquer des regards en béton préfabriqué de manière industrielle. Nous investissons en capacité de fusion et de moulage afin de servir le marché des pièces jusqu’à 7 tonnes de poids net

Zone de commentaire !

0 commentaires pour : "Mafoder : quand l’industrie s’ouvre à l’art"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Dernières publications


Toutes nos catégories

Articles par années

Les partenaire de Piwi