La fonderie et Piwi

MENU
Par : piwi
140
0
dimanche 25 Fév, 2024
Catégorie : Qui est qui

Coût, poids, fabrication… l’histoire surprenante de la statuette des César

Coût, poids, fabrication… l’histoire surprenante de la statuette des César

Par Daphné de Laborderie

Un employé de la fonderie Bocquel travaille sur une statuette de César, à Bréauté, le 27 janvier 2013. CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Ce vendredi a lieu la 49e cérémonie des César, à l’issue de laquelle 25 professionnels du cinéma français repartiront avec le prestigieux trophée.

SOMMAIRE

Qui aurait cru que la précieuse statuette des César trouve sa source d’inspiration…dans une décharge ? En 1960, le modeste sculpteur César Baldaccini n’a pas les moyens de s’acheter du bronze pour la réalisation de ses œuvres. Il préfère encore se rendre dans les décharges, où il peut trouver les matériaux dont il a besoin. Mais un jour, alors qu’il fait ses recherches dans une casse automobile, il découvre la machine qui va inspirer ses créations : une presse hydraulique qui transforme les voitures en cubes. Voici comment commence l’histoire de la fameuse statuette.

Pourquoi le trophée s’appelle un «César» ?

Le trophée «César» vient en effet du prénom du célèbre sculpteur éponyme des statuettes, réputé pour ses «compressions».

Dans les années 1950, plusieurs grands prix, tels que les Victoires du cinéma français ou encore les Étoiles de cristal récompensent les réalisations dans le domaine de l’audiovisuel et du spectacle. Mais en 1975, Joseph Cohen, dit Georges Cravenne, journaliste et producteur, veut créer en France une cérémonie similaire aux Oscars, célébrés aux États-Unis. «Les Oscars, je crois, sont nés en 1927. J’avais alors 13 ans, et depuis cet âge j’ai toujours été obsédé par l’existence de ce personnage emblématique, non pas de chair et d’os, mais de bronze et de dorure, dont la réputation était planétaire. Jalousie? Émulation ?», relatait-il, comme le rapporte le site de l’Académie des César. Il décide alors de créer l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma, désormais surnommée l’Académie des César, qui récompense tous les ans les plus remarquables réalisations du cinéma français dans différentes catégories.

La première cérémonie des César du cinéma, appelée également la Nuit des César, a lieu en 1976. Georges Cravenne se tourne vers son ami, le sculpteur César Baldaccini, surnommé César. «L’idée de créer un équivalent français a germé en moi, jusqu’au jour où le nom de mon ami César, sculpteur de génie, s’est imposé à moi et sa sculpture avec lui. Oscar, César, cinq lettres qui rimaient à tel point que la naissance du second était devenue évidente, pour le plus grand bien de la promotion du cinéma, en Europe en tout cas», racontait encore Georges Cravenne. L’artiste désigné pour la conception du trophée commence au même moment à se faire connaître pour ses réalisations, notamment ses «compressions».

Que représente le trophée ?

La version d’origine du trophée que crée César Balsaccini pour la première cérémonie en 1976 représente une silhouette masculine entourée dans une bobine de film. Devant le succès mitigé, il redouble d’efforts pour concevoir un autre trophée pour la deuxième édition, un an plus tard. Près de 47 ans après, c’est la représentation de cette même statuette qui est toujours remise aux professionnels du septième art.

La compression actuelle est parfois maladroitement décrite comme une «bûche écrasée». En réalité, la sculpture rectangulaire a été réalisée à partir d’une compression de motifs, représentant des ornementations de mobilier. «J’ai fait une rencontre avec les voitures compressées. Je trouve ça tellement beau et passionnant», confiait-il dans l’émission «À voix nue» en 1997, selon Radio France.

Comment est fabriqué le trophée ?

Mais plus concrètement, comme le sculpteur est-il parvenu à ce résultat, et comment les trophées sont-ils conçus actuellement en amont de la fameuse cérémonie ? Sise dans un village normand, la fonderie Bocquel est chargée depuis 1994 de la fabrication des 25 trophées commandés chaque année par l’Académie des César du Cinéma. «L’artiste César a souhaité que les César soient réalisés par nos soins», indique l’atelier au Figaro. L’entreprise familiale nous confie que la fabrication des statuettes dure cinq mois, de fin septembre jusqu’à la livraison, fin février. L’ensemble des trophées nécessite en effet plus de 300 heures de travail.

La première étape de fabrication consiste à réaliser des moulages en élastomère, un matériau ayant des propriétés élastiques, à partir du modèle original du César. À l’aide de ces derniers, l’atelier réalise par la suite des trophées en cire «creux», précise la fonderie. La forme obtenue est alors placée en cylindre, dans lequel est coulé du plâtre réfractaire. Après avoir cuit à feu doux les cylindres «afin que la cire fonde», la cuisson est ensuite mise à haute température durant plus de 48h. En outre, le bronze est coulé en fusion dans les cylindres où il va occuper la place vide laissée par la cire qui a fondu, «technique dite de la fonte à la cire perdue», explique l’atelier. La prochaine étape est le décochage des cylindres : «la carapace de plâtre autour des César est cassée», détaille l’entreprise familiale. D’autres phases du processus consistent ensuite à ciseler, souder, polir, nettoyer, patiner ou encore lustrer l’œuvre.

Neuf personnes aux compétences différentes et près de sept heures de travail sont nécessaires pour la fabrication d’un seul trophée. Certaines tâches, comme le travail de réalisation de la fonte, ainsi que la ciselure, nécessitent «un véritable savoir-faire», indique l’atelier au Figaro.

«En amont de la cérémonie, le nom de la catégorie est gravé sur le trophée», poursuit la fonderie. Les César sont ensuite emballés puis livrés à Paris. «Après la remise du trophée sur scène, le lauréat est emmené en coulisse notamment pour que le César soit gravé à son nom», dévoile encore l’atelier.

Combien coûte le trophée ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la récompense n’est pas en or, ni recouverte d’une couche d’or. Cette création est en réalité un bloc de bronze creux, poli grâce à une cire rouge pour lui donner son apparence finale, la patine. Les statuettes mesurent 30 cm et pèsent environ 3,7 kg.

«Le César n’a pas de valeur, c’est une œuvre d’art qui ne s’achète et ne se vend pas», rappelle la fonderie Bocquel. Cependant, même si sa valeur n’a pas été divulguée officiellement, le prix de ces trophées est estimé à environ 1500 euros.

La rédaction vous conseille

Zone de commentaire !

0 commentaires pour : "Coût, poids, fabrication… l’histoire surprenante de la statuette des César"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Dernières publications

𝗣𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲 𝗱’𝘂𝗻𝗲 𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗲 𝗳𝗶𝗲𝗿𝘁𝗲́.

 𝗣𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲 𝗱’𝘂𝗻𝗲 𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗲 𝗳𝗶𝗲𝗿𝘁𝗲́. 𝗣𝗮𝗿𝗰𝗲 𝗾𝘂’𝗶𝗹 𝗳𝗮𝘂𝘁 𝗰𝗵𝗮𝗾𝘂𝗲 𝗷𝗼𝘂𝗿 𝘀𝗮𝘃𝗼𝘂𝗿𝗲𝗿 𝗹𝗲𝘀 𝗮𝗰𝗰𝗼𝗺𝗽𝗹𝗶𝘀𝘀𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁𝘀 : 𝗝𝗙𝟮𝗦 𝗖𝗼𝗻𝘀𝘂𝗹𝘁𝗶𝗻𝗴 […]

piwi
67
0

Toutes nos catégories

Articles par années

Les partenaire de Piwi