La fonderie et Piwi

MENU
Par : piwi
196
0
jeudi 03 Mar, 2022
Catégorie : Wiki fonderie

Trois repreneurs potentiels pour la Fonderie alu d’Ingrandes

CENTRE PRESSE –

Un Italien, un Anglais et un Français. Trois repreneurs éventuels pour une mission sauvetage: la Fonderie alu d’Ingrandes et ses 320 salariés. Détails de l’opération aujourd’hui sur site.

Qui veut reprendre la fonderie alu pour sauver l’usine d’Ingrandes et ses 320 salariés?

Nouvelle journée cruciale ce mercredi pour les 320 salariés de la Fonderie alu d’Ingrandes, placée en redressement judiciaire depuis avril 2021 et menacée de fermeture. Les représentants des salariés ont de nouveau rendez-vous avec les acteurs du dossier.

D’abord en visioconférence ce matin avec les représentants de Renault et l’État, puis l’après-midi avec un CSE (Comité social et économique) extraordinaire avec les administrateurs judiciaires.

Un fondeur de luxe anglais sur les rangs

Il sera question de la survie de l’usine de fabrication de culasses de moteurs pour Renault. Selon nos informations, trois candidats se sont positionnés pour la reprise de la fonderie alu. Timidement du moins. À défaut de lettres d’intention de reprise et encore moins d’offres de reprise (1) concrètes pour l’heure, ces trois candidats ont signé, pour deux d’entre eux, des lettres de confidentialité pour avoir accès aux documents de l’entreprise:

– Un groupe italien, RJ group, spécialisé dans l’usinage. C’est le seul des trois groupes à avoir visité l’entreprise et la direction ingrandaise doit aller à son tour en Italie début mars.

– Un Anglais, Grainger and Worrall, un fondeur qui fait de la fonte et de l’aluminium, en particulier des culasses dans l’automobile pour voitures de luxe (Bentley…). Ce candidat potentiel présente un intérêt: « Avec le Brexit, il risque d’y avoir des taxes pour les produits britanniques. Or, s’il fabrique sur le territoire européen, il échapperait aux taxes, d’où l’intérêt à trouver des entreprises comme en France pour fabriquer leurs pièces », explique Jean-Philippe Juin, de la CGT.

– Un Français, Sifa Technologies, une fonderie d’Orléans détenue par l’homme d’affaires Patrick Bellity, patron du groupe Alty. Précisons que Sifa n’a pas signé de lettre de confidentialité mais s’est manifesté auprès de la direction.

Un repreneur ou la liquidation

On devrait en savoir un peu plus demain sur la crédibilité de ces candidats potentiels. L’équation de la survie de la Fonderie alu d’Ingrandes est simple, résume la CGT: « S’il n’y a pas de repreneur pour un nouveau départ, on part en liquidation judiciaire d’ici avril avec le tribunal de commerce et c’est le début des négociations en cas de PSE (Plan de sauvegarde de l’emploi) ou fermeture du site. »
C’est pourquoi l’intersyndicale réclame « un calendrier ferme pour savoir si oui ou non on a des candidats réels, car les salariés en ont ras le bol d’attendre, d’être menés en bateau en permanence ».

(1) Date limite de dépôt des offres de reprise: 28 mars.

Zone de commentaire !

0 commentaires pour : "Trois repreneurs potentiels pour la Fonderie alu d’Ingrandes"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Dernières publications


Toutes nos catégories

Articles par années

Les partenaire de Piwi