La fonderie et Piwi

MENU
Par : piwi
246
4
mercredi 20 Avr, 2011
Catégorie : Economie

Trois fonderies Focast en difficulté

Selon l’Usine Nouvelle :

Le 19 avril 2011 par Jacques Le Brigand

  • Quotidien des Usines, Pays de la Loire, Pebeco Mayenne SAS, Port-Brillet (53410)focast_noyaux.jpg

Placée en redressement judiciaire, Pebeco à Port-Brillet (Mayenne) dispose de deux mois pour trouver un repreneur. Son passif s’élèverait à 2,2 millions d’euros.


La fonderie (96 salariés) qui fabrique des inserts de cheminée, des éléments de mobilier urbain et des pièces mécaniques n’est manifestement pas stratégique pour Ogepar : cet holding luxembourgeois en est devenu le propriétaire l’an passé après avoir acquis auprès de l’entrepreneur Daniel Alleaume 51 % du capital de son groupe Focast qui comprenait cinq sites dont Pebeco.


« Ogepar ne veut plus renflouer la société et nous a indiqué être prêt à la céder pour l’euro symbolique », souligne un représentant du personnel.focast.jpg


Outre Pebeco, deux autres filiales sont en difficulté : Focast Normandie à Pontchardon (Orne) a déposé son bilan et Focast Bretagne à Châteaubriant (Loire-Atlantique) qui, depuis janvier 2010, fermait un jour par semaine voit sa centaine de salariés chômer désormais deux jours par semaine.


Les ateliers tournent à 50 % de leurs capacités et un investissement, destiné à créer un second hall de production pour les grosses pièces (blocs moteurs jusqu’à 7 tonnes et culasses), a été interrompu.

Zone de commentaire !

4 commentaires pour : "Trois fonderies Focast en difficulté"

  1. 10 000 000 € vous suffisent ?

    voici une petite approche à la louche :

    Il y a dans nos chambres haute et basse environ 2 fois 500 élus.

    Il suffit de les taxer chacun de par exemple 10 000 € pour qu’ils se trouvent collectivement à la tête de 10 000 000 €, cette somme étant investie dans l’industrie et son développement.

    Peu de temps après, ce sont TOUS les élus, jusqu’au conseiller municipal, qui sont soumis à celle nouvelle taxe.

    Tout ceci déductible selon les lois en vigueur.

    Ils sont donc cette fois réellement impliqués, vivent au cœur des difficultés quotidiennes, réfléchissent avant de proposer des solutions inadéquates pour l’emploi et la pérennité des entreprises.

    C’est pour quand ?

  2. Où sont les voeux pieux de notre gouvernement pour pérenniser les emplois dans l’industrie manufacturière en France et particulièrement la fonderie et la métallurgie, voire développer celle-ci et ainsi attirer nos jeunes qui ont une facheuse tendance à choisir la fonction publique et autres emplois à vie ?

  3. @Jacques&Hubert
    Il est compréhensible, même retraité, de se sentir touché dès qu’une fonderie est en difficultés. Dans ce cas précis, avant même d’interpeller nos politiques, un peu de clarté semble s’imposer notamment au niveau des chiffres. Que ce soit pour PEBECO, FOCAST ATLANTIC ou FOCAST « PICARDIE, ils laissent pour le moins perplexes et ne sont heureusement pas le reflet de notre profession.
    Le but premier de toute entreprise est de gagner de l’argent, pas d’attendre les subsides de l’État. Ou alors faut-il, selon vous, mettre en place un « RMI INDUSTRIE » ?
    Après la mise en oeuvre de la participation puis de l’intéressement, on parle aujourd’hui d’une troisième prime du même acabit. Ne pensez-vous pas qu’il faudrait aller plus loin et davantage encore intéresser les salariés en les faisant participer aussi aux pertes de leurs entreprises ?
    http://www.societe.com/bilan/pebeco
    http://www.societe.com/bilan/focast
    http://www.societe.com/bilan/focast

  4. Une première pour moi…
    L’ensemble des commentaires sont certainement justes…
    Mais pour qu’un Groupe soit viable, il lui faut une vraie stratégie, pas celle qui consiste à dire je prends, et demain je constate…
    Pas de management, des sites qui se tirent la bourre… (je suis le meilleur, tu es es le mauvais…).
    Pas d’investissement, ni en machine, ni en HOMME…
    Peu de vision, pour ne pas dire aucune.
    Demain sera meilleur qu’aujourd’hui… Et puis les clients, ils n’ont pas le choix…
    Sauf de celui de choisir…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Dernières publications


Toutes nos catégories

Articles par années

Les partenaire de Piwi