La fonderie et Piwi

MENU
Par : piwi
233
5
vendredi 07 Juil, 2023
Catégorie : Actu flash

STELLANTIS CONVERTIT SA FONDERIE DE MULHOUSE À L’ÉLECTRIQUE

Le site vient de se voir attribuer la fabrication des carters (enveloppes) en aluminium sous pression. Stellantis vise 100% de ventes électriques en Europe en 2030 sur ses véhicules particuliers.

La fonderie Stellantis de Mulhouse (Haut-Rhin) va fabriquer des pièces en aluminium pour moteurs électriques, a annoncé le constructeur jeudi.

Le site vient de se voir attribuer la fabrication des carters (enveloppes) en aluminium sous pression d’une prochaine famille de petits véhicules que Stellantis lancera à partir de 2026, a indiqué le groupe dans un communiqué, après l’avoir annoncé aux syndicats.

Cette attribution, qui représente 50% du capacitaire de la fonderie de Mulhouse, devra prendre le relais de la fabrication de carters de moteurs thermiques, appelée à baisser dans les années qui viennent.

« Un outil stratégique »

Stellantis vise 100% de ventes électriques en Europe en 2030 sur ses véhicules particuliers.

« La fonderie de Mulhouse est confirmée comme un outil stratégique pour la production des véhicules électriques », a souligné Stéphane Dubray, directeur du Pôle mécanique forge et fonderie de Mulhouse

Cette annonce assure à la fonderie « un avenir électrique », et « la renforce pour les prochaines attributions de carters moteurs, afin de saturer nos installations », a-t-il souligné.

Près de la fonderie, le site de mécanique, qui fabrique des pièces de liaison au sol, s’est également vu attribuer une ligne de production de packs batteries.

Côté usine d’assemblage, le site de Mulhouse produit aujourd’hui la compacte Peugeot 308 en thermique, hybride et électrique, la 508 thermique et hybride, le SUV DS7, et lancera bientôt l’industrialisation de la berline électrique e-408.

Zone de commentaire !

5 commentaires pour : "STELLANTIS CONVERTIT SA FONDERIE DE MULHOUSE À L’ÉLECTRIQUE"

  1. Cette mutation est celle réalisée par Renault à la Fonderie de Normandie à Cléon.
    Il va de soit que ces fonderies qui réalisaient des carters cylindres pour les moteurs thermiques sont capables de réaliser ces nouvelles pièces qui devraient se complexifier dans les années à venir sur les moyens existants.

  2. Sauf que là où il fallait une presse de 2.500 to pour mouler un carter cylindres, il ne faut plus qu’une 2.000 to voire une 1.800 tonnes pour un carter de moteur électrique et dont la valeur ajoutée en fonderie est quasi moitié moindre de celle d’un carter cylindres.
    Comment de telles fonderies pourront elles à terme rester compétitives, sachant que les presses sont surdimensionnées et que la VA générée par an est de pratiquement 40 % inférieure à celle d’avant ?

  3. Concernant les moteurs électriques il y a une vraie volonté de garder en interne la production de ces pièces et c’est ce qui fait assez mal aux fournisseurs extérieurs.
    D’autre part chez Renault et certainement également chez Stellantis on continue de produire des moteurs thermiques !
    L’électrique représente quel pourcentage des ventes ? 15 % l’an avec une tendance à 20 %

  4. Encore une fois parce que les médias font leur œuvre en dehors de Tesla ce sont les véhicules thermiques qui font les résultats des constructeurs !
    D’ailleurs il y a également un retour en arrière concernant les Hybrides rechargeables

  5. Donc la stratégie de Stellantis c’est de continuer à perdre de l’argent sur les véhicules électriques, voire même à en augmenter les pertes en produisant plus cher des pièces que d’autres constructeurs achètent moins cher chez des fournisseurs extérieurs ? Et c’est comme cela que Stellantis pense pouvoir lutter contre Tesla et les constructeurs chinois ??

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Dernières publications


Toutes nos catégories

Articles par années

Les partenaire de Piwi