La fonderie et Piwi

MENU
Par : piwi
138
0
lundi 11 Déc, 2023
Catégorie : Selon la presse

Compétitivité et main d’œuvre, les préoccupations de a fonderie Bouhyer

LE  MONDE Par 
https://www.lemonde.fr/economie/article/2023/12/10/la-crise-nous-a-ouvert-les-yeux-apres-un-conflit-social-a-la-fonderie-bouhyer-salaries-et-dirigeants-desamorcent-les-tensions_6204985_3234.html

« La crise nous a ouvert les yeux » : après un conflit social à la fonderie Bouhyer, salariés et dirigeants désamorcent les tensions

Dans la commune d’Ancenis-Saint-Géréon, en Loire-Atlantique, la mise à l’arrêt de l’usine par un conflit social a été salvatrice. Dirigeants et salariés ont engagé un travail commun pour retrouver un dialogue apaisé sur les conditions de travail et les salaires.

Dans la fonderie Bouhyer à Ancenis-Saint-Géréon (Loire-Atlantique), lors d 'une coulée et fusion de fonte, le 12 mars 2019.

Dans la fonderie Bouhyer à Ancenis-Saint-Géréon (Loire-Atlantique), lors d ‘une coulée et fusion de fonte, le 12 mars 2019.

Comment en est-on arrivé là ? C’est ce que s’est demandé Jacques Aumont, le directeur industriel de la fonderie Bouhyer, à Ancenis-Saint-Géréon (Loire-Atlantique), dont l’usine s’est retrouvée quasiment à l’arrêt après un mouvement social déclenché à la suite de demandes d’augmentations de salaires.

« On fait des contrepoids en fonte pour contrebalancer les éoliennes, par exemple. On fait des moules à usage unique. C’est un métier très manuel, exigeant physiquement. Le bruit, la chaleur, la poussière, c’est notre environnement. On recrute des personnes qui ont été cassées par la vie », explique M. Aumont. Impossible de revaloriser significativement leurs rémunérations au vu du contexte économique. Et pourtant, il fallait trouver une issue à la crise pour que la société continue d’exister.

Pour être conseillé, il s’est alors tourné vers la direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités, qui l’a envoyé vers l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (Anact). « Quels que soient la taille de l’entreprise et le secteur, l’amélioration n’est possible que si les deux parties, employeur et salariés, veulent avancer. On constitue des groupes avec plusieurs entreprises que l’on réunit régulièrement par demi-journée et on les invite à former une équipe avec les salariés et les manageurs pour identifier leurs points forts et leurs points faibles », explique Frédéric Doreau, l’expert de l’Anact de la région Pays de la Loire qui a accompagné l’entreprise Bouhyer.

Le travail réalisé avec la fonderie a permis d’établir que les conditions de travail s’étaient dégradées sur trois points : le manque de reconnaissance, l’inadaptation du management et la déconnexion entre la direction et les salariés. « Il existait une volonté de transformer l’entreprise en lançant des projets, mais avec une acceptation modérée des salariés, qui nous reprochaient de ne pas————————————

compétitivité et main d’œuvre, les préoccupations de Bouhyer

Associée à Alain Mimouni, actionnaire majoritaire, Chiara Danieli dirige la fonderie Bouhyer depuis 2007.
©

Zone de commentaire !

0 commentaires pour : "Compétitivité et main d’œuvre, les préoccupations de a fonderie Bouhyer"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Dernières publications


Toutes nos catégories

Articles par années

Les partenaire de Piwi