La fonderie et Piwi

MENU
Par : piwi
169
0
mardi 26 Sep, 2023
Catégorie : Fonderie d'art

« Un métier, ça se vole » : les fondeuses de Coubertin, la relève au féminin  

« Un métier, ça se vole » : les fondeuses de Coubertin, la relève au féminin

« Un métier, ça se vole » : les fondeuses de Coubertin, la relève au féminin  
À la Fonderie de Coubertin, l’étape de la coulée, consistant à verser le métal en fusion dans les moules. ©Thierry Malty pour la Fondation de Coubertin

Les métiers du métal se font rares. Une nouvelle génération d’artisanes est apparue dans la lignée des travailleurs habités par le feu et la matière. Au micro de Raphaëlle Le Baud, deux jeunes monteuseus et ciseleuses racontent leur parcours jusqu’à cette institution du bronze qu’est la Fonderie Coubertin.

écouter

À une heure de Paris, dans les méandres de la vallée de Chevreuse, se trouve la Fondation de Coubertin. Fonderie, ferronnerie, taille de pierre, menuiserie. Dans cette forêt, les Compagnons du devoir font battre le cœur de métiers rares. Silence, on y fabrique pour les plus grands artistes – Rodin en était – designers et ensembliers. Silence, on transmet. Chez ces compagnons, on s’attendrait à trouver un virtuose taiseux, mains ridées et regard éclairé. Pourtant ce sont Layla Berland et Chiara Crepaldi, monteuses et ciseleuses, qui font battre le cœur de ce lieu.

Zone de commentaire !

0 commentaires pour : "« Un métier, ça se vole » : les fondeuses de Coubertin, la relève au féminin  "

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Dernières publications


Toutes nos catégories

Articles par années

Les partenaire de Piwi