La fonderie et Piwi

MENU
Par : piwi
426
0
jeudi 06 Avr, 2023
Catégorie : Non classée

Les centres techniques de la fonderie et de la mécanique unissent leurs forces

L’USINE NOUVELLE –

La FIM (Fédération des Industries Mécaniques) et la FFF (Fédération Forge Fonderie) annoncent la fusion du CTIF (Centre Technique des Industries de la Fonderie) avec le Cetim (Centre technique des industries mécaniques) pour accompagner pleinement la décarbonation et les virages technologiques de la profession.

 Les centres techniques de la fonderie et de la mécanique unissent leurs forces© DR
 La profession de la fonderie unit ses moyens techniques à ceux de la mécanique, pour préparer ensemble les 
 adaptations nécessaires à une transformation rapide et durable

Les secteurs de la forge et de la fonderie, plus globalement celui de la mécanique, sont enracinés dans l’histoire industrielle de notre pays et restent au cœur de la compétitivité de nombreuses filières de l’industrie manufacturière.

La forge et la fonderie françaises dont les productions sont un maillon indispensable de toutes les chaînes de valeur industrielles représentent 6,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 35 000 emplois.

L’industrie mécanique représente près de 147 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 595 000 salariés.

Par cette réunion du CTIF avec le Cetim, la profession de la fonderie unit ses moyens techniques à ceux de la mécanique, pour préparer ensemble les adaptations nécessaires à une transformation rapide et durable. Elle est motivée par l’identité des objectifs, la complémentarité des solutions à mettre en œuvre et des moyens techniques sur lesquels s’appuyer. Il s’agit de répondre au mieux et au plus vite aux impératifs de la transition technologique et environnementale, de construire ensemble un pôle de métallurgie à chaud de référence, d’accélérer l’intégration verticale de valeur et d’améliorer l’enracinement dans les territoires pour mieux résister aux crises.

Répondre aux enjeux

« Les solutions de mobilité, la génération d’énergie ou la défense, pour ne citer qu’elles, grandes utilisatrices de produits de forge, de fonderie et de mécanique, sont engagés dans une course de vitesse pour développer la place de l’électricité en remplacement des énergies fossiles et répondre aux enjeux de souveraineté auxquels nous sommes confrontés. » indique Hervé Gestas, président de la Fédération Forge Fonderie ; « nous devons aider nos entreprises à accompagner leurs clients en leur apportant des solutions adaptées, à se redéployer et à se diversifier sur les marchés porteurs.

L’Etat l’a demandé aux centres techniques et cette fusion doit être l’illustration exemplaire de nos actions en ce sens. » Henri Morel, président de la Fédération des industries mécaniques, ajoute : « Pour rester compétitives, les professions de la forge et de la fonderie doivent, comme nombre d’autres sous-traitants mécaniciens, poursuivre et accentuer l’évolution qui consiste à passer de la fabrication de pièces sur plans à la conception et la fabrication de sous-ensembles mécaniques répondant à un cahier des charges fonctionnel spécifié par les clients.

C’est ainsi qu’elles amélioreront la réponse aux attentes de filières comme l’automobile. Il s’agit d’une intégration verticale, portant notamment sur le champ de la mécanique (usinage, finition, assemblage) qui permettra à un plus grand nombre d’entreprises du secteur d’atteindre une taille critique. Ici encore, la complémentarité des équipes de nos centres techniques est cruciale pour accompagner les industriels.»

Zone de commentaire !

0 commentaires pour : "Les centres techniques de la fonderie et de la mécanique unissent leurs forces"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Dernières publications


Toutes nos catégories

Articles par années

Les partenaire de Piwi