La fonderie et Piwi

MENU
Par : piwi
83
0
lundi 21 Août, 2023
Catégorie : Non classée

Le chant de la cloche :

Le chant de la cloche : comment la croissance du christianisme en Afrique sauve une entreprise familiale

  • Par Ben Henderson
  • BBC World Service
Armando Marinelli dans son atelier
Le processus de fabrication des cloches d’église n’a pas changé depuis des siècles.

« Après la Seconde Guerre mondiale, nous produisions encore beaucoup de cloches d’église pour l’Italie. Mais à partir des années 1990, la demande en Italie n’était plus aussi forte », explique Armando Marinelli.

Il s’agit d’un artisan fabricant de cloches d’église italien dont l’entreprise, Campagne Marinelli, se décrit comme la plus ancienne fonderie familiale d’Europe.

Heureusement, la famille a trouvé un nouveau marché.

« Au cours des dix dernières années, environ 25 % de nos cloches ont été produites pour des pays africains. C’est une très forte augmentation », explique Armando Marinelli.

À l’intérieur de leur fonderie faiblement éclairée, des cloches en bronze de toutes les formes et de toutes les tailles couvrent le plafond comme des stalactites. Ils fabriquent des cloches d’église depuis près de mille ans, qui sont suspendues dans des lieux célèbres, de la tour penchée de Pise à la place Saint-Pierre.

Religieux et spirituel

Le processus de fabrication des cloches de la famille est aussi religieux et spirituel que technique, explique Armando.

« Lorsque le moulage a lieu, un prêtre de la paroisse bénit le bronze en fusion. À la fin, il y a une prière, au cours de laquelle les gens jettent leurs objets, comme les colliers et les bagues, dans le bronze liquide, de sorte qu’une partie d’eux se retrouve dans la cloche. Les cloches qui sonnent aujourd’hui dans les églises contiennent des fragments de leurs ancêtres ».La demande de cloches en provenance des pays africains a augmenté de façon spectaculaire.

Ivo, le collègue d’Armando, au crâne rasé et à la barbichette soignée, nous explique comment les cloches sont fabriquées à la main pour chaque client.

« Chaque cloche doit sonner une note que nous choisissons. Une grosse cloche a un son profond. Le son d’une petite cloche est beaucoup plus aigu ».

Le processus de fabrication de la cloche est resté le même depuis l’époque médiévale.

« Le bronze est coulé à 1200 degrés. Lorsque le bronze est liquide, la coulée doit être très, très rapide. Ainsi, après des mois de travail, la coulée ne dure qu’une minute », explique Ivo.

Une fois refroidi, le bronze se solidifie et devient une cloche. Avant d’être expédiée, la cloche est soumise à un test de sonorité.

« Pour cette tâche, nous avons le maître des artisans. Il a commencé à travailler ici à l’âge de 17 ans. Il a aujourd’hui 85 ans. C’est lui qui a le dernier mot sur chaque cloche », explique Armando.

Un diapason est utilisé pour tester le rythme de la cloche.

Déclin en Europe

Le déclin de la demande pour les cloches Marinelli reflète l’évolution des attitudes à l’égard du christianisme en Europe occidentale, qui était autrefois le cœur de la religion.

Selon le Pew Research Centre, en 1900, environ 68 % des chrétiens vivaient en Europe. Ce chiffre est tombé à environ 23 % en 2023 et devrait encore diminuer pour atteindre environ 15 % d’ici 2050.

Gros plan sur une cloche
La fabrication de cloches combine des éléments religieux, spirituels et artistiques

Maria, une femme âgée, a vécu toute sa vie dans la ville d’Agnone, dans le sud de l’Italie, où sont fabriquées les cloches, et a été témoin de ce déclin.

« À l’époque, l’église rassemblait les jeunes et organisait des tournois de football et des pièces de théâtre. L’église est donc devenue le centre de la communauté locale », explique-t-elle.

« Aujourd’hui, ces activités n’existent plus. C’est comme un désert ».

Ainsi, plutôt que de trouver un foyer à proximité, les cloches de Marinelli sont expédiées de l’autre côté de l’océan, telles des balises de bronze marquant le voyage de la chrétienté vers le sud.

Croissance en Afrique

« Nous considérons la cloche comme la voix de Dieu », explique le père Cletus, curé de l’église catholique romaine St Charles Borromeo à Odoni, dans le sud-ouest du Nigeria.

Congrégation de Dunamis au Nigeria
Le continent africain compte 650 millions de chrétiens

Odoni est une petite communauté rurale. L’église est moderne mais construite dans un style classique.

Dans le clocher, une cloche forgée dans l’atelier Marinelli en Italie résonne dans la campagne environnante, signalant l’heure de la messe.

« L’église en Afrique est en plein essor », explique le prêtre.

« Il y a quelques années, il n’y avait pas d’église catholique dans cette communauté, mais depuis que cette église a été construite, il y a eu une forte croissance », explique le père Cletus.

La croissance du christianisme à Odoni se reflète dans toute l’Afrique subsaharienne. Au début du XXe siècle, moins de 10 millions de chrétiens vivaient en Afrique.

Aujourd’hui, selon le Centre d’étude du christianisme mondial, l’Afrique compte plus de chrétiens que tout autre continent, soit plus de 650 millions.

L’engouement pour la religion est stimulé par l’explosion démographique de la région. D’autres religions, comme l’islam, connaissent également une croissance rapide.

Mouvement pentecôtiste

L’histoire de la croissance du christianisme en Afrique n’est pas complète sans mentionner le pentecôtisme, le mouvement religieux qui connaît la croissance la plus rapide au monde.

Le pentecôtisme est une forme de christianisme qui met l’accent sur l’action du Saint-Esprit et sur l’expérience directe de la présence de Dieu par le croyant.

Nimi Wariboko, professeur à l’université de Boston et auteur d’ouvrages sur le christianisme mondial, affirme que le nombre de pentecôtistes sur le continent est passé de 107 millions en 2006 à 230 millions en 2020.

Le son de la cloche est lié à sa forme et à sa taille
Le son de la cloche est lié à sa forme et à sa taille.

Dunamis International Gospel Centre est l’une des plus grandes églises pentecôtistes du Nigeria. Le Dr Paul Enenche en est le pasteur et est une personnalité bien connue dans le pays.

« Nous croyons que la réévangélisation de la Terre se fera à partir de l’Afrique subsaharienne, et que le Nigeria en particulier sera au cœur de l’Évangile au niveau mondial. Il faut y croire !

Que pense Armando Marinelli du destin changeant de ses cloches : elles se taisent en Europe mais résonnent en Afrique ?

« Nos cloches sont comme le thermomètre de la foi », dit-il.

« Grâce à notre commerce, nous pouvons immédiatement comprendre où la foi est la plus vivante et où elle s’affaiblit.

« Nous avons actuellement des commandes en provenance de Tanzanie, du Nigeria et de la République démocratique du Congo. La foi ici en Italie est un peu en dents de scie, mais elle est florissante en Afrique ».

Zone de commentaire !

0 commentaires pour : "Le chant de la cloche :"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Dernières publications


Toutes nos catégories

Articles par années

Les partenaire de Piwi