La fonderie et Piwi

MENU
Par : Fabrice
157
4
samedi 06 Avr, 2024
Catégorie : Au hasard

Fonderie de Billancourt – archives

Merci à notre ami Michel CHAPUT qui nous envoie cette photo d’archives de la coulée de carters cylindres à la fonderie de Billancourt

 

Zone de commentaire !

4 commentaires pour : "Fonderie de Billancourt – archives"

  1. J’ai connu la fin des fonderies de Billancourt lors de mon arrivée en Octobre 1980.
    Au département 60 on y coulait des carters cylindres appelés le « Billancourt 5 paliers » et le « Cléon Fonte » plus une seconde ligne servant à produire des collecteurs d’échappement.
    Il y avait également un département où l’on produisait les culasses correspondantes à ces deux moteurs.
    Ces deux départements furent remplacés par les Fonderies du Poutou basées à Dangé Saint Romain à côté de Châtellerault.
    Un autre département produisait les prototypes et les hors gabarits mais il fermera lorsque ce secteur fut détruit.

  2. J’ai connu également la Fonderie Billancourt. L’atelier des prototypes qui restait sur site, après sa fermeture, assurait la production de pièces proto et pré-série, pour études et essais en fonte GS, GL, alliage d’aluminium (culasses, boite de vitesses auto, etc) voire quelques supports de direction en alliage de magnésium G A9 Z1 (de mémoire). Production en sable furannique, Alphaset, et Sinotherm.

  3. Les anciens se souviennent sans doute des anciens professeurs de l’ESFF qui nous venaient de Billancourt, Mrs Hallot, Lefèvre, Jasson,….

  4. Louis Hallot adjoint de Marcel Cotte directeur des Méthodes centrales Pièces Brutes, étaient les grands mandarins de l’entité.
    On ne parlait pas, on se contentait de les écouter et si par le plus grand des hasards nous étions questionnés il était de bon ton de formuler la bonne réponse.
    Toutefois je ne suis pas sûr que si ils avaient été encore présent les fonderies de Renault auraient connus le Esort qui fut le leur dans la nébuleuse Teksid.
    Louis Hallot fut le grand promoteur de la fusion électrique chez Renault et Philippe Jasson était connu pour être un spécialiste des sables de fonderie….
    Après la fin du Département 60 précédement évoqué, il est resté encore assez longtemps un cubilot à la fonderie du Mans mais qui à disparu depuis.
    Je saluerai au passage celui qui était le maître incontesté du process fonte en la personne de Robert Kunsch disparu dans sa 60ème année avant qu’il ne puisse profiter d’une retraite bien méritée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Dernières publications


Toutes nos catégories

Articles par années

Les partenaire de Piwi