La fonderie et Piwi

MENU
Par : piwi
243
4
lundi 12 Nov, 2012
Catégorie : Economie

Fomes en liquidation Judiciaire

La fonderie Fomes (36) sable, coquille, alu, fonte, cuivreux. Elle vient d’être placée en liquidation le 10 novembre.

Impossible de joindre M.Alain.

Zone de commentaire !

4 commentaires pour : "Fomes en liquidation Judiciaire"

  1. Je vais vous parler de FOMES Fonderies Mécanique de la Seine 39 Avenue de Bobigny 93130 Noisy le Sec.J’ai passé trois mois comme Directeur de Fonderie du 01/09/1976 au 30/11/76.Je peux porter un jugement sincère,les premiers jours j’ai observé le travail,la majorité des moules qui étaient sur la chaîne de moulage,pendant la coulée fuyaient,ne parlons pas du lit de fusion une catastrophe.IL avait urgence dans la demeure,j’ai fait usiné tous les châssis.Sur les plaques modèles en triste état,j’ai fait mettre une petite plaque acier aux quatre coins des plaques et avec des châssis usinés fuite zéro.Le pourcentage de rebuts avait fait une grosse chute,ainsi qu’au moulage main,il y avait aucun filtre et pas de piège à crasse.
    En ce qui concerne le lit de fusion c’était tout sauf de la fonte.De suite j’ai fait un tableau que l’on devait respecter à la lettre.Ne parlons pas de carotte à la première piquée il tapait à l’aide d’un pic et du marteau pour faire sortir la fonte.
    J’ai montré au cubilotier comment il fallait faire la sole pour ne pas avoir ce désagrément de taper sur un pic et depuis ce jour là il avait plus de carotte,mais aussi j’avais commander une bouteille d’oxygène pour éviter cette perte de temps.Je suis arrivé à remettre le tout sur pied,mais lorsque vous avez un patron qui vous fait des réflexions sur la facture de l’usinage des châssis trop élevée et entendre très souvent même au restaurant »j’en ai par dessus la tête de cette Fonderie je vais la fermer »
    Vous comprendrez pourquoi que suis parti.Je suis allé au grand bureau à Noisy le sec le 31/11/1976 à leur demande pour me régler et me donner mon certificat.Ils ont tout fait pour que je revienne sur ma décision mais je n’avais plus confiance en eux,la chose qui m’a fait énormément plaisir c’est que j’ai eu droit aux félicitations,ils ont tout même reconnu que j’avais fait du très bon travail.
    C’est une fonderie qui n’aurait jamais dû être en liquidation,
    nous coulions de la fonte FT 22 FT 26,aluminium,laiton,il y avait une grande diversité de pièces,et de bons mouleurs d’hélices.Vous savez très bien lorsque vous prenez une Fonderie en main,tout au début on vous met des bâtons dans les pieds pour vous faire tomber,qui n’a pas connu ce problème!!!Si j’étais resté dans cette Fonderie j’aurai licencié 50% des bureaux,des gens qui passaient leur temps à discuter,payer à rien faire,c’était en 1976.

    Si PIWI m’autorise d’expliquer un bout de ma carrière,je pense que pour les gens de la Fonderie pourront porter un jugement sur certains Patrons de Fonderies qui ne sont pas capable de diriger l’entreprise et c’est la fermeture.

    Aux Fonderies GOURY route de st-Léonard 51000 Reims lorsque vous avez un professeur de français?? qui par mariage devient patron d’une Fonderie il y a de quoi se faire du souci.Ce Monsieur qui ne connaissait rien en Fonderie,c’était obligé que ça fasse des étincelles.
    Lors d’une grande dispute je lui ai fait remarquer qu’il ne connaissait rien en moulage et n’avait rien à faire dans la Fonderie surtout que le vrai Patron Monsieur SCHOLLER m’avait donné les pleins pouvoirs et le gendre voulait être le bos,je suis un homme dès qu’on met la Fonderie et le métier en danger je deviens très méchant.Je n’ai pas à vous dire le reste,c’était le moment des licenciement autorisés par le ministre Pierre Mauroy,il sait fait un plaisir de me licencier.
    Après avoir installé cette nouvelle Fonderie moderne de A à Z,lorsque celle-ci fonctionnait correctement,il pouvait me remplacer sans souci pour combien de temps.Il n’avait pas les compétences pour la faire fonctionner.(à chacun son métier)
    La deuxième fille de Monsieur SCHOLLER,c’était une femme qui connaissait le métier car son Papa lui avait appris notre noble métier et croyez moi que j’avais du plaisir à parler Fonderie avec cette personne elle regardait le prix de revient du kilo de fonte qui sortait du cubilot.
    Si je vous disais aucune Fonderie a voulu fondre des morceaux d’obus de la guerre de 1914-1918,personnes voulaient fondre ce métal par peur d’une explosion.Même après contrôle des déchets d’obus nous avons eu une explosion dans le cubilot sans gravité.Dans toutes les Fonderies de France nous étions la seule qui avait le prix de fonte liquide le plus bas sortie du cubilot,croyez moi nous avons fondu des milliers de tonnes avec une grande surveillance et aucun accident à un prix très bas,puisque personne n’en voulait.C’était des éclats d’obus que les agriculteurs apportaient au ferrailleur gratuitement et nous avons imposé notre prix,puisqu’il n’arrivait pas à écouler cette fonte,nous avions le beau rôle.

  2. bonjour hé oui le boite schoeller moi je me souviens encore plus de ferju-goury-scholler qui ce situé rue croix st marc et rue de cernay a reims c etait avant la zone farman car ils y ont emmenagé en 1974 une tres bonne boite avec des gars qui etaient tous amis et collegues des hommes qui ce brulé les vetements la peau et qui etaient noirs a l exterieur comme a l interieur mon pere y a bossé toute ca vie

  3. bonjour, mon oncle ,mon père ,mon beau-père ont fait toute leur carrière chez scholler ! j’ai baigné dans cette usine dès mon plus jeune âge !….
    mon oncle Joseph GOMEZ a été le chef de cette fonderie ! mon père Edmond GOMEZ fût tourneur sur métaux à la mécanique et mon beau-père Henri LAUDY y fût ajusteur ! toute une époque !…..merci de vous en souvenir…..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Dernières publications


Toutes nos catégories

Articles par années

Les partenaire de Piwi