La fonderie et Piwi

MENU
Par : piwi
139
3
samedi 17 Déc, 2011
Catégorie : Technique

Burkina Fasso – La fonderie à cire perdue

L’ Art & la Matière. Étonnants résultats pour ce genre de conditions de travail….

Avec l’association Les Puisatiers, visite dans la cour de la famille Touré, bronziers de père en fils à Ouagadougou dans le quartier de Dapoya près de l’Hôtel Excellence. Octobre 2011.
Site de l’association les puisatiers

Zone de commentaire !

3 commentaires pour : "Burkina Fasso – La fonderie à cire perdue"

  1. En regardant cette vidéo, j’ai pensé à Max qui « râle », lors de la journée de moulage JFBA, lorsqu’il coule dans des « entonnoirs » mal foutu.
    Vous avez vu dans quoi il coule ! Respect.

  2. Que ce reportage est bien court…
    J’ai eu la chance de les voir à l’oeuvre et c’est absolument captivant !
    Les fondeurs burkinabés ont une réputation mondiale.
    Mais ce qui est formidable, c’est, qu’avant d’être des fondeurs, ce sont d’abord des artistes.
    D’abord des artistes parce qu’un ami (fondeur d’art lui-même) me soutient qu’un fondeur ne peut pas vraiment être artiste car, inconsciemment et parce qu’il connaît trop bien la technique, le fondeur va se créer des interdits. Or, en matière d’art, rien n’est interdit (sauf le mauvais goût).
    Qu’en pensez-vous ? peut-on être fondeur et artiste ?
    À voir certaines oeuvres, il n’a peut-être pas tort…
    Une anecdote amusante : Certains appellent encore cela du bronze mais, dans leurs fours, j’ai vu passer de tout : du bronze, du laiton et même des boites de conserve !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Dernières publications


Toutes nos catégories

Articles par années

Les partenaire de Piwi